Le foyer d'accueil

image.jpg
Bâtiment principal
L'association a permis le financement d'un centre d'accueil d'orphelines et filles vulnérables afin de leur permettre d’être scolarisées en collège. Il répond ainsi à la demande exprimée par l'équipe paroissiale de Batié, ayant en charge le souci des plus démunis.
Les bâtiments construits permettent l'hébergement, le soutien et la scolarisation de 18 filles pour la durée de leurs études au collège.

Le 3 octobre 2009, ont été inaugurés les locaux du centre d'accueil. Un grand moment d'émotion et de joie partagée qui a couronné trois ans d'efforts communs.

Aujourd’hui, le centre comprend un réfectoire, une cuisine, des dortoirs, des sanitaires et une salle d’étude.
image.jpg
Réfectoire
image.jpg
Chambre
image.jpg
Dortoirs
image.jpg
Potager
Un gardien et une cuisinière ont été embauchés. Ils s'occupent de l'intendance, de la sécurité et du bien-être des jeunes filles.

Une religieuse est chargée d'assurer le lien et d'être une présence auprès des filles lorsqu'elles ne sont pas à l'école.


Cette année, dix-sept jeunes filles sont inscrites et sont scolarisées en collège. Une est en apprentissage « couture »

Les collégiennes sont réparties dans 3 établissements scolaires différents de la 6ème à la 3ème : le lycée provincial, le lycée communal et le CEG BATIE.
La fille en apprentissage est formée par un maitre tailleur.
Au collège l’effectif des classe se situe entre 50 à 100 élèves par classe ce qui ne permet pas aux filles de poser une question ou au professeur de réexpliquer ce qui n’a pas été acquis.

Elles disent :"L'école nous plait mais nous ne sommes pas toujours motivées à cause des interrogations, parfois préparées, parfois surprise. Nous apprenons les mêmes matières qu’en France, sauf que tout le monde fait anglais première langue et allemand à partir de la 4ème. Il n'y a pas le latin, ni l'espagnol. Par contre on commence physique chimie en 3ème.
En dehors des cours, nous passons beaucoup de temps à travailler et réviser. Quand on est aussi nombreux en classe, c'est dur de suivre. Après, on joue ensemble, on aime bien tricoter, faire la cuisine et s'occuper du jardin. Certaines suivent la catéchèse."

Plus tard, certaines souhaitent devenir "corabier" c’est-à-dire passer le concours pour entrer dans la police, d’autres veulent être profs de français, prof d'Anglais, médecin, infirmière. D’ autres, enfin, ne savent pas encore.

Côté locaux : le mur d’enceinte pour protéger les logements des filles de la divagation des animaux est finalisé

Les bananiers poussent bien et les filles s’en régalent

Tous les détails concernant le parrainage se trouvent dans la rubrique « Rejoignez-nous »